> Mutuelle et chomage

Complémentaire santé et chômage

La mutuelle, ou complémentaire santé, est une nécessité pour chacun. Les faibles remboursements de l’Assurance Maladie sont souvent, à eux seuls, un élément dissuasif de bien se soigner. Lorsque l’on est au chômage, on peut être tenté de ne pas en souscrire, car cela représente une dépense mensuelle dont on se passerait bien. C’est une erreur à ne pas commettre car, au moindre problème de santé ou accident, les frais risquent d’être bien plus importants. Pour aider les personnes au chômage à conserver une mutuelle ou une complémentaire santé, des solutions existent.

La CMU-C

La CMU-C, ou Couverture Maladie Universelle Complémentaire est accessible aux personnes bénéficiant de la CMU, ou ayant des ressources inférieures à un certain plafond, défini en fonction de la composition du foyer.

Par exemple, pour qu’une personne seule bénéficie de la CMU-C, elle doit percevoir moins de 8 645€ annuellement, soit environ 720€ par mois.

Avec la CMU-C, le principe du tiers payant s’applique et le bénéficiaire n’a pas à avancer ses frais de santé, s’il respecte le « parcours de soin ».

La CMU-C prend en charge le ticket modérateur, la participation forfaitaire et le forfait journalier lors d’une hospitalisation.

L’ACS

L’Aide au paiement d’une Complémentaire Santé est destinée aux personnes dont les ressources sont faibles, mais supérieures au plafond d’attribution de la CMU-C.

Par exemple, pour une personne seule, le plafond d’attribution de l’ACS est de 11 670€ annuellement, soit environ 972€ mensuellement.

L’ACS prend la forme d’un chèque permettant de régler une partie de la cotisation à une complémentaire santé, sélectionnée parmi une liste de contrats éligibles. L’ACS permet d’autres avantages, comme le paiement des tarifs sociaux pour l’énergie.

La CMU-C et l’ACS ne peuvent être perçues que si le demandeur peut justifier d’une résidence stable sur le territoire françaire.

Conserver sa mutuelle d’entreprise en cas de licenciement

Dès un mois d’ancienneté dans une entreprise, en cas de licenciement, il est possible de conserver sa mutuelle d’entreprise sous deux conditions :

- Bénéficier de l’assurance chômage

- Ne pas avoir été licencié pour faute lourde

La mutuelle d’entreprise peut être conservée pour une durée égale à l’ancienneté, mais limitée à 12 mois, et à condition que la personne licenciée soit toujours au chômage. Dès lors qu’elle aura trouvé un nouvel emploi, elle devra souscrire à l’assurance santé de sa nouvelle entreprise. Les cotisations restent les mêmes, pour le salarié licencié comme pour l’employeur.

Résilier sa mutuelle lorsqu’on est au chômage

En temps normal, il faut attendre l’anniversaire de la signature de son contrat de complémentaire santé pour le résilier. Cependant, en vertu de la Loi Chatel, lorsqu’un assuré perd son emploi, il est libre de résilier sa mutuelle à n’importe quel moment de l’année. Il lui suffit de prévenir sa complémentaire santé ou sa mutuelle par courrier recommandé avec demande d’avis de réception, et de fournir un justificatif.

Comparer pour économiser

La meilleure façon d’économiser sur les cotisations de sa complémentaire santé est de comparer les différents contrats existants afin de choisir celui qui sera le plus adapté, et au meilleur prix. Attention cependant à ne pas se précipiter sur le contrat le moins cher, qui ne couvrira peut-être pas tous les besoins. Essayez gratuitement notre comparateur de mutuelle  en ligne pour trouver facilement votre complémentaire santé.