Assurance vie : infos pratiques et comparateur

L’assurance vie n’est pas, à proprement parler, une assurance prévoyance. Il s’agit plutôt d’un placement financier. Cependant, elle permet, dans une certaine mesure, de subvenir aux besoins de ses proches en cas de décès, car ils seraient bénéficiaires de la somme disponible sur le contrat d’assurance vie.  

>> Comparez gratuitement les assurances vie

Qu’est-ce que l’assurance vie ?

C’est un des placements financiers préférés des Français, avec le livret A. C’est un contrat de placement entre un assuré et un assureur, avec parfois l’intermédiaire d’une banque. L’argent est placé dans le but de créer des intérêts, soit sur une durée déterminée, soit tout au long de la vie. Ces intérêts peuvent être réalisés grâce à un placement sûr, ou grâce à un placement sur les marchés financiers. Il s’agit donc d’une forme d’épargne.

Au moment du décès du souscripteur, si le contrat n’a pas été fermé entre temps, c’est un bénéficiaire clairement défini dans le contrat, au moment de la signature ou plus tard, qui perçoit les sommes d’argent disponibles.

Quels sont les types de placement possibles ?

  • Le placement sûr

Pour ne prendre aucun risque avec le capital versé, on peut choisir le placement sur un fond en euros. Ce placement est alors garanti.

  • Le placement risqué

Le placement sur les marchés financiers est possible. Il est plus risqué, mais également potentiellement plus efficace.

  • Le placement mixte

Il est tout à fait possible de mettre une partie de son argent sur un fond en euros et une autre sur les marchés financiers, pour s’assurer un capital garanti. Cette répartition peut être modifiée par la suite, c’est ce que l’on appelle « l’arbitrage ».

Quelle est la fiscalité de l’assurance vie ?

  • Si le bénéficiaire est clairement nommé, et vivant

Dans ce cas, il n’y a pas de droits de succession à verser jusqu’à un capital de 30 500€. Si le capital est supérieur, les droits de succession s’appliquent uniquement aux sommes versées après les 70 ans du souscripteur. Si le capital dépasse les 132 500€, une taxe de 20% doit être versée, sur la partie supérieure.

  • Si le bénéficiaire n’est pas clairement nommé, ou si le bénéficiaire clairement nommé est décédé

Dans ce cas, c’est la famille qui touche cette assurance vie. Elle fait donc partie de la succession et est soumise aux droits de succession.

  • Si l’assuré ferme son contrat

Il récupère alors son capital mais doit s’acquitter de l’imposition sur les intérêts gagnés.

Les frais

Des frais sont appliqués sur l’assurance vie : ils peuvent être facturés à l’année (frais de gestion), lors d’un versement (frais d’entrée) ou lorsque le souscripteur change de support (dans la cas des contrats d’assurance vie multi-supports). On appel cela les frais d’arbitrage.